24 octobre 2017

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 vote(s), moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

EyeLights, la révolution de la moto... Rencontre avec Romain, son créateur.

EyeLights est un petit objet qui va bientôt ringardiser notre petite oreillette bluetooth sur les casques. Avec ce système, le téléphone peut rester dans la poche, les informations du GPS sont comme projetées sur la visière, à la manière de l’affichage tête haute des pilotes de chasse. Plus la peine de baisser la tête à la recherche de l’écran du GPS, les informations essentielles comme la vitesse, un signalement de danger, une flèche de direction sont bien placés dans votre champ de vision.

A 130 km/h (mais qui roule à cette vitesse?), le fait de baisser la tête ou de chercher une information nous fait quitter la route du regard pendant plus de 70m, et il peut s’en passer des choses (freinage du véhicule précédent, nid de poule, objets sur la route etc…). Même à 30km/h, vous tournez la tête pour trouver le nom d’une rue, la voiture devant vous pile et vous voilà (enfin surtout moi) avec une fracture du scaphoïde qui vous handicapera longtemps.  C’est donc la sécurité qui est mise en avant avec ce dispositif…

IMGP3837

 

J’ai rencontré Romain Duflot, ce jeune ingénieur de 25 ans tout juste sorti de l’ICAM Toulouse qui a conçu l’objet, en coup de vent à Paris. Après un essai rapide de son casque équipé, nous avons vite pris rendez-vous pour qu’il m’explique plus en détail ce qui est déjà bien plus qu’un projet.

– Bonjour Romain, vous êtes créateur, concepteur de EyeLights, pouvez-vous nous dire comment vous est venue l’idée ? 
En passant le permis moto, on t’apprend que là où tu regardes, c’est là où tu vas. Et il faut également respecter les vitesses de passage en slalomant entre les plots ! Regarder son compteur n’est alors pas évident, on finit par le faire au son. Je me suis alors posé la question : comment fait-on avec un GPS ? J’ai alors découvert toutes les solutions archaïques fixées sur les guidons. Passionné de voltige, j’étais également sensibilisé  aux systèmes utilisés par les pilotes de chasse; j’ai fait le parallèle en gardant en tête que le motard souhaiterait garder son casque..

– Combien de personnes engagées dans l’aventure EyeLights ?
Actuellement deux associés. Avec Thomas De Saintignon (CTO), nous avons une trentaine de mentors qui accompagnent le projet au sein de l’accélérateur de SIGFOX: le Connected Camp et nous sommes accompagnés par des industriels tels que Intel et Samsung. 
Nous industrialisons actuellement le produit, la phase de concept est terminée. Nous avons re-designé le produit avec les exigences des motards, notamment lors des essais avec Triumph en décembre 2015 et au Mondial du deux roues de Paris en décembre 2015. Je recherche actuellement des fonds auprès d’investisseurs.

– Si tout se passe comme vous l’espérez, quand les motards pourront-ils acheter EyeLights et à quel prix ? 

Dès juin prochain en précommande pour bénéficier de la première série limitée. En novembre-décembre 2016 sur étagère ! Le prix sera aux alentours du GPS moto haut de gamme.

 Pour terminer, votre expérience du monde motard ?

Je n’ai plus de moto actuellement… Mais je suis sur le point de craquer pour la Street Triple Black Phantom.

Portrait Romain EyeLight

 

EyeLights devra se battre avec un concurrent de choix, BMW, qui a déjà présenté un modèle d’affichage tête haute. Mais l’avantage des Français est que ce système sera compatible avec tous les casques. Inutile de changer l’EyeLights en cas de chute ou de changement de look, le module s’adaptera sur le nouveau. Après la moto électrique que nous avons testée, l’avenir est en marche pour les objets connectés. En espérant que toutes ces innovations feront baisser la mortalité routière et que les gouvernements relâcheront la répression routière.

Et vous ? Prêt à vous équiper ??